Articles

Mudra à propos de Raji en Chorésophie

Mudra à propos de Raji en Chorésophie

Article qui a été rédigé à la demande de Raji Chorésophe par Mudra Chorésophe – qui ne l’avait pas encore rencontré.

Le texte est basé sur la vision de vidéos sur internet.

ARTICLE de MUDRA SUR RAJI 2013

“Dans la solitude du coeur, tous les êtres respirent.

Rencontre mystérieuse sur les vagues cybernétiques de la télépathique moderne, Michel Raji et moi ne nous connaissons pas.
Pourtant, nous avons tellement en commun et les pixels colorés se sont chargés de devenir messagers l’un de l’autre.

La danse recèle la simplicité de découvrir la porte du coeur qui est aussi la porte de l’infini. Sans début, sans fin.
Et en découvrant cet espace amoureux, on constate qu’il est aussi sans faim?

Pourquoi, parce qu’on ne se sent plus séparés : la plénitude c’est de découvrir le trésor, celui qui a toujours été justement ici, tout près, après la porte.

Pourtant il est rare de comprendre cette simple évidence, encore plus rare d’en parler sans les mots par une véritable présence généreuse et dénudée.

Michel Raji me danse de lui, me danse de moi et me danse de tous les êtres, en silence mais avec résonance.
Je suis émue.

La vitesse est lente, et plus on accélère plus on est calme.

Il le sait, cela se voit et ce que je vois en le regardant n’est pas une forme, ce n’est pas le vide,

c’est un mouvement impossible à définir mais qui exprime, comme le jus d’un fruit délicieux, l’essence délicieuse que nous, les êtres humains, rêvons en secret de partager.

La Solitude de la quête peut m’emmener à la porte de ce coeur, comme débarquer dans une belle grotte chaude et lumineuse au sein de l’océan, l’eau céans..

et, tel son nom le dit si bien, l’espace « cordial », en soi, en toi, en moi ?

Seul, rencontrer ses peurs, ses démons, ses doutes, ses illusions, pour atteindre le seuil de cette porte qui n’en est pas une : de l’autre côté on voit bien

que rien n’a jamais été séparé, ni moi des autres, ni la forme du vide. Cette retraite en soi par la danse, elle révèle la multitude des chemins et la caresse de l’intangible

perpétuel changement que nous partageons en respirant, que nous craignions tant en nous figeant.

Quand j’ouvre » youtube » pour plonger dans l’écran, mon machintosh est devenu énorme et devant ce cercle magique, Michel a brandi un énorme pinceau japonais, celui qui éjacule

la première pensée, la meilleure pensée, la pensée avant d’avoir opiné.

Le monde vient d’être « récréation »…

L’espace, le temps, la danse, c’est maintenant et Michel, c’est là qu’il habite.

Si vous le cherchez, allez-y tout de suite!”

Yumma Mudra pour Michel Raji.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather
No Comments

Post A Comment

By continuing to use the site, you accept the use of cookies. More Infos

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer